Collex-Bossy

Menu
La campagne aux portes de Genève
30.01.2018

Communication importante - Sélection d'un site de décharge à ciel ouvert des mâchefers dans le canton de Genève

De quoi s’agit-il ?

Le service de géologie, sols et déchets (GESDEC) a sélectionné trois sites potentiels, pour mener des investigations géologiques, afin de déterminer un site de stockage des mâchefers d’un million de mètres cubes dans le canton de Genève, en remplacement de la décharge bioactive du Nant de Châtillon arrivant à saturation.

Qu'est-ce qu’une décharge (bioactive) de mâchefers ?

C’est une décharge à ciel ouvert d’un volume d’un million de mètres cubes où l’on dépose les résidus d’incinération des ordures ménagères appelés mâchefers.

Les mâchefers, c’est quoi ?

  • Les mâchefers sont les scories retirées des foyers après incinération des ordures ménagères et représentent environ 30% du poids des déchets incinérés
  • Ce sont des résidus pollués et toxiques

Processus de sélection du nouveau site

Le GESDEC a identifié 14 sites potentiels sur 7 communes (Anières, Collex-Bossy, Jussy, Laconnex, Russin, Satigny et Versoix). Une analyse multicritère a sélectionné trois sites pour y conduire des investigations géologiques et techniques complémentaires afin de désigner le site définitif :

  • Site  dit  « Bourdigny », Satigny
  • Site dit  «  Longs-Prés », Versoix
  • Site dit « Forêt Collex-Bossy », à Bossy (entre les chemins Prodoin et Bois de la Fontaine)

Ces sites sont tous situés en zone agricole et forestière.

1) Les communes concernées se sont opposées à ce choix par des résolutions très claires et vos élus se mobilisent depuis 2015 déjà !

2) Tout au long du processus, elles ont prôné des méthodes alternatives éprouvées en Suisse, en Europe et ailleurs de valorisation des mâchefers, qui permettent d’en diminuer leur volume, leur toxicité et leur réutilisation sur des bases légales et techniques.

3) Les communes considèrent que le GESDEC et l’autorité politique n’ont pas mis les ressources nécessaires pour développer ces nouvelles solutions techniques et sous-estiment les enjeux environnementaux, économiques et sociaux.

En 2001 déjà, le Grand Conseil genevois lors du vote de la Loi 8269 ouvre un crédit autofinancé de 780'000 F pour l’étude d’une nouvelle décharge cantonale bioactive, « ainsi qu’une étude des nouvelles techniques permettant d’améliorer le traitement des mâchefers et autres résidus » (art. 1, al. 1, Loi 8269).

Ces nouvelles techniques n’ont pas été explorées comme elles le devraient.

Bases techniques : valorisation des mâchefers

Il y a des solutions de traitement de ces mâchefers qui réduisent leur volume et leur toxicité avec des possibilités de recyclage et de réutilisation. Seule une faible proportion (< 2%) doit être éliminée en centre de stockage à la suite de ces traitements  !

 

Collex-Bossy doit se mobiliser contre ce projet et faire entendre sa ferme opposition à une nouvelle décharge polluée sur notre canton contraire aux aspirations et obligations de développement durable.

Vos élus feront appel à vous dès que la stratégie de défense sera en place.

NOUS COMPTONS SUR VOUS !